MACROECONOMIE : OMC

Aller en bas

MACROECONOMIE : OMC

Message  Valérie le Sam 26 Juil - 14:24

J'ai trouvé sur le net la vidéo d'une conférence sur l'OMC qui, même si elle date de 2003, prolonge le cours de Katia de façon très intéressante, à mon sens.
ci_dessous le lien.
Négociations à l'OMC : quels enjeux ?

Valérie
avatar
Valérie

Messages : 29
Date d'inscription : 21/05/2008
Age : 58
Localisation : 44 Nantes & 56 Ménéac

Voir le profil de l'utilisateur http://www.porhoet.fr

Revenir en haut Aller en bas

WTO MEETING IN GENEVA - 2008 07 21

Message  rougemer le Dim 27 Juil - 16:57

Bonjour Valerie,

Pendant que tu ecrivais ton article sur l'OMC, il se passait a Geneve le 21 juillet la reunion de l'OMC. Est-ce un hasard?
En tous cas, j'ai releve quelques articles qui donnent l'ambiance a Geneve ces jours-ci. C'est plutot l'eternel dialogue de sourds du bras de fer NORD-SUD...

PHIL
2008 07 27



==

Début de la réunion de l'OMC à Genève

Une trentaine de pays du Nord et du Sud ont entamé lundi à Genève à l'OMC une dure confrontation. Ils vont tenter de sauver sept années de négociation sur la baisse des barrières douanières dans le monde.

Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce, Pascal Lamy, a convoqué à partir de lundi les ministres d'une trentaine de pays, sur les 152 que compte l'OMC, pour tenter de sauver sept ans de négociation sur la baisse des barrières douanières dans le monde.

Mais dès samedi, les ministres du Commerce présents à Genève ont commencé à multiplier les rencontres bilatérales ainsi que les accusations récurrentes des pires heures de la négociation. Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amorim, a ouvert le feu en comparant la stratégie des pays riches à celle de Goebbels, le chef de la propagande du IIIe Reich.

Goebbels en invité surprise

Lors d'une conférence de presse, Celso Amorim, qui joue depuis le début de la négociation le rôle de porte-parole des pays émergents, a accusé les pays riches de chercher à faire croire que le dossier agricole était déjà pratiquement accepté par l'ensemble des pays membres. "Il reste beaucoup à faire dans l'agriculture", a au contraire souligné Celso Amorim, en s'excusant de citer Goebbels ("si l'on répète un mensonge plusieurs fois, cela devient la vérité").

Le chef de la diplomatie brésilienne a dénoncé "le mythe" selon lequel les pays riches n'auraient plus de concessions à faire dans l'agriculture et un accord final n'attendrait plus que le bon vouloir des pays du Sud sur la question des produits industriels.

Propos mal reçus

Ces propos ont été très mal reçus par la négociatrice américaine Susan Schwab, elle-même fille de survivants de l'Holocauste. "Au moment où nous essayons de trouver une issue favorable aux négociations, ce genre de propos est très mal venu", a déclaré à l'AFP son porte-parole, Sean Spicer. Evoquant "l'histoire personnelle" de Susan Schwab, Sean Spicer a estimé qu'un ministre des Affaires étrangères "devrait être conscient de certaines sensibilités".

Celso Amorim et Susan Schwab devaient participer dans la soirée à un dîner organisé par le directeur général de l'OMC, Pascal Lamy, et s'entretenir lundi en tête à tête. Selon son service de presse, Celso Amorim "n'a pas l'intention de lui présenter des excuses" lors de cette rencontre, "puisque son intention était de montrer que la propagande peut se superposer aux faits historiques" et non pas de faire une comparaison quelconque entre des personnes.

Les pays du Sud déterminés

Celso Amorim a simplement regretté "que Susan Schwab ou toute autre personne se soient sentis offensés" par rapport à un "fait historique". Le ministre brésilien, qui dirige de facto aux côtés de l'Inde le "G20", groupe qui rassemble des grands pays émergents comme la Chine, le Nigeria, l'Argentine ou l'Afrique du Sud, a également jeté un froid en évoquant le spectre de Cancun, en référence à la conférence ministérielle de l'OMC en 2003 dans la station balnéaire mexicaine, qui avait tourné à un stérile affrontement Nord-Sud.

Dénonçant les faibles concessions agricoles des pays du Nord, qui exigent en échange que les pays émergents ouvrent leur marché aux services et aux produits industriels, Celso Amorim a assuré que son pays était prêt à attendre trois ou quatre années de plus afin d'obtenir un meilleur accord que celui qui est sur la table actuellement.

agences/ps


--


U.S. says ready to cut farm aid to $15 billion

Posted 2008/07/22 at 8:54 am EDT

GENEVA, July 22, 2008 (Reuters) — The United States is ready to cut its ceiling for trade-distorting farm subsidies to $15 billion a year to help unblock talks for a global trade deal, U.S. Trade Representative Susan Schwab said on Tuesday.

The long-awaited offer was contingent on other partners at the World Trade Organization making offers to open up their markets for agricultural and industrial goods, Schwab said.

The United States currently has a limit on subsidies which stands at more than $48 billion, although actual payments last year were only around $7 billion because soaring food prices meant U.S. farmers were in less need of support.

"This is a major move, taken in good faith with the expectation that others will reciprocate and step forward with improved offers in market access," she told reporters.

"These cuts will deliver effective and significant reductions in trade-distorting domestic market support."

The United States has come under pressure to announce a ceiling for its farm subsidies, a key part of the WTO's long-delayed Doha round of negotiations for a global trade deal.

Developing countries say high U.S. subsidies squeeze their farmers out of the market, reducing food supplies and contributing to the recent spike in prices.

Schwab was speaking to reporters on the second day of a week of talks at the WTO in Geneva to seek a breakthrough on core elements of a Doha deal.

She said actual subsidy payments by the United States had been above $15 billion a year in seven of the last 10 years during which period the average payout was about $17 billion, showing the current offer represented a cut over the decade.

Schwab also said the U.S. offer was contingent on other WTO countries agreeing not to take legal action to get further cuts to U.S. subsidy levels.

(Writing by William Schomberg; Editing by Catherine Evans)



==



WTO Crucial trade talks kick off in Geneva


Ministers and officials meet in Geneva to begin a crucial round of talks in an attempt to reach a global trade pact.

World Bank President Robert Zoellick has called the meeting “now or never” for the Doha round, which was launched nearly seven years ago with the aim to cut subsidies and tariffs and assist developing countries.

EU Trade Commissioner Peter Mandelson is under pressure to get a deal after French President Nikolas Sarkozy accused him of giving away too many farm consessions and winning little in return on industrial goods and services from big developing nations China and India.


The Doha round, launched after the September 11 attack on the United States, has a history of failure.

In July 2006, WTO chief Pascal Lamy suspended talks after major players showed no sign of coming together on an agriculture deal.

And in 2007 in Potsdam, Germany, once again, divisions between the US, India and China and the EU over how best to reform agriculture meant another no deal.


===



affraid affraid
avatar
rougemer

Messages : 17
Date d'inscription : 25/05/2008
Localisation : SOME WHERE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.prosperity.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum